Deutsch
English
Italiano
Français
...

Gorodskie Novostni, Krasnoyarsk 

«En débutant la soirée par une interprétation incomparable de la très populaire sérénade Eine Kleine Nachtmusik, le pianiste et chef d’orchestre Filippo Faes nous fit comprendre tout de suite qu’un événement artistique exceptionnel allait se produire ce soir-là dans le salle. Son interprétation du concerto pour piano en mi bémol majeur KV 449 devait ressusciter la tradition du 18ème siècle de diriger depuis le clavier. Et le résultat fut époustouflant! Jouant et dirigeant en même temps, Faes tissa une fine toile reliant subtilement le soliste, l’orchestre et les instruments de celui-ci. Il en résulta une organisation et une homogénéité de l’ensemble qu’il eut été difficile d’obtenir  en confiant les rôles de soliste et de directeur à deux musiciens différents» (…)

«Son art pianistique évite cette ostentation superficielle, qui caractérise si souvent d’autres interprètes.»  (…)

«Sa qualité remarquable réside dans la richesse peu courante de sa palette sonore, dans sa faculté d’être totalement sincère dans l’expression, d’être convaincu et  convainquant, de faire  «parler» le piano. Par chaque son «prononcé», il en libère la teneur spirituelle comme le ferait avec expression un grand acteur. Ce dialogue entre soliste et orchestre inspira et enchanta toute la salle». - 22.6.2004


+++

La Provincia – Cremona

«En guise d’ouverture figurait une des oeuvres les plus appréciées du répertoire classique: «Petite Musique de Nuit» de Mozart: «Ce morceau rayonne d’une telle joie» dit Faes «qu’il s’agit de vérité à l’état pur». Toute usée que puisse être cette oeuvre, elle ressort neuve et fraîche, telle que l’on ne l’avait jamais entendue, dans l’interprétation de l’Orchestre de Chambre de Krasnoïarsk. Faes nous fit la preuve que la direction d’orchestre était le développement logique de son art. En outre, à l’inverse de nombreux solistes (célèbres même) qui occupèrent le pupitre de chef, le pianiste milanais dirige avec une gestuelle esthétique, élégante et raffinée. (…).
Après la pause, Faes se mit au piano comme soliste-chef d’orchestre pour le concerto de Mozart en mi bémol majeur KV 449. Bien qu’ayant devant lui un avenir de chef d’orchestre, cet excellent musicien  n’a entre-temps pas oublié comment on joue du piano. Son phrasé est exquis, pure musicalité (…)

Turina: un concentré de senteurs musicales qui enivrèrent le public.» (Roberto Codazzi) 29.9.2004

+++

Audiophile Sound -

CD-Rezensionen

jugement artistique: exceptionnel

«(...) Faes es un artiste hautement raffiné, qui fait littéralement chanter son instrument, notamment lorsqu’il arrange, avec une musicalité vraiment peu courante, la partie en mi bémol majeur du concerto KV 449. Tout la magie mozartienne (regardant vers le passé comme vers l’avenir), apparait ici avec clarté, profondeur de pensée et richesse d’émotions. L’idée est géniale (et heureuse) et a quelque chose de nouveau à raconter à propos de la très rodée sérénade KV 525 (Petite Musique de Nuit). Faes est un directeur d’orchestre sensible qui façonne la sonorité s’un orchestre moderne selon sa conception et en accordant une grande attention aux nuances : un exemple rare où l’on retrouve véritablement la  sensibilité, la précision et la sonorité propre à la musique de chambre.»
Gregorio Carraro Juni-Juli-August 2005