Deutsch
English
Italiano
Français
...

Giornale di Brescia

«Silence... Schumann parle»

«Applaudissements pour le concert commenté de Filippo Faes lors du Festival de Piano de Brescia et Bergamo»

«Quand la vision se transforme en rêve. Quand les pensées deviennent musique. (...)  une musique qui semble venir d’un autre monde, d’une autre dimension.. Douce bien que nerveuse, inquiétante bien que inquiète.
 
(...)La soirée pianistique sous le titre de «Schumann entre refuge et obsession» permit d’apprécier le magnétisme personnel du jeune pianiste Filippo Faes, un artiste possédant une très vaste culture, une technique remarquable et une grande expressivité. (...)

Faes montra son extraordinaire habileté en présentant la matière musicale de telle façon que le langage technique et expressif appartenant en propre au compositeur devint intelligible.

Discret et élégant le discours laissa ensuite la place «Waldszenen» qui furent une démonstration extraordinaire de doigté et d’absolue maîtrise du clavier dans les tandis que les «Albumblätter» se distinguèrent par la puissance de conviction de l’interprétation.

(...) Les»Fantasiestücke” op.12 surtout attestèrent son art  de personnaliser chaque couleur pour caractériser chaque vision, chaque rêve, chaque image de Schumann. Ovation très vive du public qui fut récompensé par quatre pièces de rappel.»
(Giacomo Fornari) – 31.5.1998

+++

Bresciaoggi

«Un voyage captivant dans l’univers de Schumann grâce à  Filippo Faes»

«Filippo Faes, ou comment une simple soirée consacrée au piano avec exécution d’oeuvres au programme peut devenir une aventure qui, au delà de l’écoute musicale, nous entraînera à la découverte de l’univers génial, onirique et cauchemardesque de Robert Schumann.
(...) Filippo Faes posséde un talent magnifique: il parvient avec la plus grande clarté à nous expliquer les enchaînements musicaux les plus difficiles, sans pour autant tomber dans la sécheresse, comme hélas nous l’avons déjà vécu avec d’autres. Faes est extrêmement cultivé et les musiciens présents dans la salle auront complété leur étude de l’analyse musicale et de la composition. Mais aussi le simple profane mélomane aura été en mesure de le suivre hier soir et de tomber sous le charme d’un musicien poète. (...)

Par ses commentaires, ses exemples sonores et ses interprétations d’oeuvres complètes, il fit de cette soirée une véritable croisière. (...)

Dans les»Fantasiestücken” op.12, Filippo Faes s’abandonna à une fougue à peine croyable et nous présenta l’oeuvre tempêtueuse «In der Nacht» avec une paraphrase entraînante du mythe de «Hero et Léandre» avant de finir avec «Ende vom Lied» oeuvre festive bien que triste aussi car elle évoque l’absence de la bien-aimée Clara. Le public demeura fasciné par la prestance et le tempérament romantique de Filippo Faes qui, après deux heures et demi de concert commenté, démontra encore une fois sa générosité en offrant quatre rappels (...).» (Luigi Fertonani) – 1.6.1998

+++

il Quotidiano della Calabria

« Faes, un pianiste de toute première classe »

« (...)une tempête d’émotions...
(...)triomphe de tous les difficultés techniques, une grande expressivité »  – 23.5.1999

+++

Messaggero Veneto

«Entre Schumann et Chausson, l‘extraordinaire concert en mémoire de Rodolfo Lipitzer

«Accardo et ses amis enthousiasment la ville de Gorizia»


«Filippo Faes, captivant, cristallin dans son interprétation, au touché fascinant  ...»
- 17.11.04

+++

L’ Arena di Verona

«Faes a confronté les partitions (les Quintetti de Brahms e Schumann) avec une perfection et clarté dans ses intentions musicales extraordinaires» - 24.01.05

+++

Musica

(Critique du CD «Contes schumannienns»)  ***** (Exceptionnel)

«(...)Faes, troubadour expressif mais absolument privé de langueurs inopportunes,  marque et  dirige la récitation (...)
Une lecture rêveuse et néanmoins techniquement parfaite, (...) et  dans laquelle, l'étude que est perçue derrière les équilibres du phrasé est caché par un résultat captivant...(...) Le dernier morceau (...) est d’ une simplicité embrouillante (...)» - 5.2007